INCIDENCES DE L'HORTICULTURE URBAINE ET PÉRIURBAINE SUR LE DÉVELOPPEMENT DE L'HORTICULTURE DANS LES ZONES PRÉSENTANT UN FORT POTENTIEL: L'EXEMPLE DES VALLÉES FLUVIALES

A. Ndour
La production de l’horticulture urbaine et périurbaine (HUP) connaît une expansion rapide, les prix avantageux tirés des légumes produits pouvant s’expliquer par les coûts de transport réduits, le petit nombre d’intermédiaires, l’utilisation de variétés améliorées à cycle court et les facilités techniques dues aux faibles surfaces ainsi cultivées. Le facteur décisif, pour l’HUP, est pourtant bien la proximité. Certaines zones présentant un fort potentiel, telles que les vallées fluviales, offrent bien la promesse d’une forte production, mais se trouveront désavantagées pour les prix, du fait qu’il sera plus coûteux d’acheminer les légumes jusqu’aux marchés. Ces deux types d’horticulture ne présentent pas les mêmes structures, car les marges bénéficiaires sont à répartir dans le dernier cas entre des intermédiaires plus nombreux. La perte de revenus du fait des bana-bana (marchands ambulants) et des autres intermédiaires aura un effet néfaste sur l’horticulture des producteurs des vallées. Les problèmes urbains que pose la commercialisation des produits des vallées entraînent d’autres effets négatifs, tels que le remplacement des acteurs, le financement de la production par les bana-bana ou d’autres intermédiaires dans la zone des vallées ou ailleurs, un développement des pratiques de métayage, etc. Les décideurs tendent à avantager les producteurs urbains, alors qu’il faudrait l’inverse. On examine dans la communication le sort qui sera fait à l’horticulture des vallées s’il n’est pas pris de mesures commerciales appropriées. Face à ces difficultés, il est nécessaire d’établir un système efficace de fixation des coûts, afin d’assurer un revenu minimum aux maraîchers des vallées.

Abstract:
Urban and peri-urban horticulture (UPH) production is rapidly expanding and the good prices that are fetched by the vegetables produced may be explained by reduced transportation costs, the limited number of intermediaries, the use of improved, short-cycle plant varieties and technical facilitation resulting from the reduced surfaces being cultivated. Proximity is, however, a decisive factor for UPH. In contrast, certain high-potential zones such as river valleys show promise of high production, but these will be at a price disadvantage because of higher costs getting the produce to the markets. These two types of horticulture do not present the same structures, as profit margins must be distributed to more intermediaries in the latter case. The loss of income along with the bana-bana and the other intermediaries will negatively affect horticulture from the valley producers. The urban problems of marketing goods from the valley induces other negative effects such as replacing players, financing of production by bana-banas or intermediaries both inside and outside the valley zone, an increase in sharecropping practices and so on. Policy decisions tend to give an advantage to the urban producers, while the opposite should be true. This paper examines the fate of valley horticulture if suitable commercial measures are not taken. Faced with these difficulties, a system of effective cost setting must be established, the purpose of which is to grant a minimum income to the horticultural producers of the valley.
Ndour, A. (2014). INCIDENCES DE L'HORTICULTURE URBAINE ET PÉRIURBAINE SUR LE DÉVELOPPEMENT DE L'HORTICULTURE DANS LES ZONES PRÉSENTANT UN FORT POTENTIEL: L'EXEMPLE DES VALLÉES FLUVIALES . Acta Hortic. 1021, 133-135
DOI: 10.17660/ActaHortic.2014.1021.11
https://doi.org/10.17660/ActaHortic.2014.1021.11
horticulture, vallées, zones urbaines, concurrence, limites, politiques
Keywords: horticulture, valley, urban, competition, limits, policy
French

Acta Horticulturae