DÉVELOPPER L'UTILISATION DES DÉCHETS ORGANIQUES DANS LA CULTURE MARAÎCHÈRE AU SÉNÉGAL: OPPORTUNITÉS, CONTRAINTES ET RISQUES

S. Tounkara, M.C. Zelem
Dans un contexte de croissance démographique et urbaine et tenant compte des besoins écologiques, l’horticulture peut-elle être une des solutions de gestion des déchets urbains? Comment le processus de développement de l’utilisation des matières organiques dans l’agriculture périurbaine peut-il être appliqué à Dakar (Sénégal), où il est difficile de mener à bien les projets agricoles à cause de contraintes comme l’accès à l’eau d’irrigation, la pression de la population et de l’insécurité, les difficultés d’approvisionnement en matière organique? L’environnement physique est favorable à l’utilisation des matières organiques par ceux qui pratiquent la culture maraîchère. De nombreuses personnes sont concernées et chacune a des raisons d’utiliser les déchets organiques disponibles (compost de fumier de vache, de cheval, de mouton, de volailles, d’abattoir, de poisson, sous-produits de l’arachide, boues traitées de stations d’épuration, etc.). La demande de déchets organiques dans d’autres secteurs a créé une compétition entre les maraîchers et ces secteurs. De plus, l’utilisation de ces déchets implique de nombreuses contraintes, entre autres: leurs caractéristiques physiques (granulométrie épaisse et consistance boueuse; température élevée du fumier de volailles et de cheval, etc.); disponibilité, accessibilité, urbanisation mal maîtrisée; effets des variations saisonnières. Il convient en outre de mieux contrôler les risques sanitaires qu’ils représentent pour la population. C’est pourquoi, malgré les recommandations des scientifiques et des ONG, les maraîchers ont beaucoup de mal à modifier leurs habitudes et à utiliser les déchets urbains comme engrais dans leurs exploitations urbaines et péri-urbaines.

Abstract:
Within a context of demographic and urban growth, and taking ecological requirements into consideration, can urban horticulture be one of the solutions for managing urban waste? How can a process for developing the use of organic matter in peri-urban agriculture be implemented in truck farming in Dakar (Senegal), where agricultural endeavors are frequently undermined by constraints such as access to irrigation water, levels of population pressure and insecurity, and access to supply of organic matter? The physical environment creates a context for utilizing organic matter by truck farmers (i.e., market-gardeners). Many players are involved in this situation, and each brings different rationales and ideas for using the many types of organic matter potentially available for truck farming (compost from cow, horse, sheep, poultry, slaughter-house, or fish manure; groundnut by-products; clarification sludge; etc.). However, the demand for these organic wastes in other sectors has created a context of competition between truck farmers and these other sectors. Moreover, there are many constraints in using these wastes: their physical characteristics (thick granulometry and mud-like character; high heat of poultry and horse manures; etc.); availability; accessibility; poorly controlled urbanization; effects of seasonal variation; and so on. In addition, there are health risks to the population which must be better controlled. This is why, in spite of recommendations from scientists and NGOs, is it very difficult for truck-farmers to change their habits and use urban wastes as fertilizers on their peri-urban and urban farms.
Tounkara, S. and Zelem, M.C. (2014). DÉVELOPPER L'UTILISATION DES DÉCHETS ORGANIQUES DANS LA CULTURE MARAÎCHÈRE AU SÉNÉGAL: OPPORTUNITÉS, CONTRAINTES ET RISQUES. Acta Hortic. 1021, 339-359
DOI: 10.17660/ActaHortic.2014.1021.31
https://doi.org/10.17660/ActaHortic.2014.1021.31
Dakar, urbanisation, culture maraîchère champêtre, eau, terre, matière organique, représentations, valorisation, opportunités, contraintes, risques
French

Acta Horticulturae