MODIFICATIONS DU BILAN D'ENERGIE D'UNE SURFACE EVAPORANTE PAR LES ABRIS-SERRES PLASTIQUES.

J. Damagnez, M. Mermier
Dans les conditions naturelles la méthode du bilan d'énergie est fréquemment appliquée à l'étude des échanges de masse (vapeur d'eau) et de chaleur (bilan radiatif, conduction, convection) qui se situent au niveau de la végétation et à l'intérieur même de cette végétation.

Rares sont cependant les études concernant le bilan d'énergie des cultures protégées (BUSINGER, 1966, MORRIS, 1957). L'étude comparative des équations du bilan d'énergie d'une zone de référence extérieure et de la serre conduit à une équation unique (R.J. BOUCHET et J. DAMAGNEZ, 1967) qui permet de mettre en évidence et de chiffrer les paramètres qui contribuent à modifier le bil an d'énergie au niveau de la végétation dans une serre; la serre est donc envisagée ici en tant qu'"agent modificateur du climat".

En effet, le but à poursuivre dans les serres n'est pas de recréer à des époques différentes de l'année le climat extérieur qui correspond au cycle normal de la culture dans les conditions naturelles, mais bien de modifier le climat extérieur dans un sens tendant à améliorer la production.

Nous rappellerons brièvement les équations du bilan énergétique de la serre, puis nous présenterons successivement le dispositif expérimental permettant de vérifier les conclusions tirées de la discussion du bilan, et les tous premiers résultats expérimentaux.

Damagnez, J. and Mermier, M. (1968). MODIFICATIONS DU BILAN D'ENERGIE D'UNE SURFACE EVAPORANTE PAR LES ABRIS-SERRES PLASTIQUES.. Acta Hortic. 9, 75-84
DOI: 10.17660/ActaHortic.1968.9.12
https://doi.org/10.17660/ActaHortic.1968.9.12

Acta Horticulturae